Top 10 des jours heureux

Audrey Hurteau

Publié le % B% d% Y

Top 10 des jours heureux

Je n’ai pas envie de perdre mon temps à broyer du noir.

Mais parfois, je me sens aspirée par un vertige collectif qui contamine encore plus que la pandémie actuelle.

Ça me demande un effort supplémentaire. Je change certaines de mes habitudes et je me rends compte que les épreuves de la vie me font des cadeaux.

Tout est question de perspective. Je peux décider d’être affolée ou d’être en colère contre les restrictions, les changements, les consignes. Je peux aussi faire le choix de faire la paix avec ce qui se passe, de suivre le courant (pas comme un mouton, mais comme un être humain épanoui) et de m’adapter selon mes valeurs, sans pour autant sacrifier tous mes rêves.

Mais comment on fait la paix avec le difficile ? En transformant ma façon de voir les choses et en posant des actions pour calmer mon mental.

Crédit photo Rose aux joues photographie :  https://roseauxjoues.com

 

Jour 1 : Pas peur de ma solitude

Je m’installe confortablement sur ma terrasse. Il fait froid, mais j’ai apporté une doudou bien chaude afin de respirer cet air frais et d’admirer les dernières couleurs de l’automne. L’odeur de mon café me fait sourire. Un simple moment pour reconnaître que je me permets de vivre cet instant avec moi-même.

 

Jour 2 : Le sourire peut mourir

 

Le temps est long quand on ne voit pas les sourires. Quand on est à la maison à attendre que tout passe. Parce que tout finit par passer un jour. Je décide de faire autrement aujourd’hui. Je vais prendre une marche au grand air avec, sur les épaules, mon châle préféré. Je décide de saluer toutes les personnes que je rencontre et de leur offrir mon sourire en cadeau. Une vieille dame s’arrête et me parle de son enfance. Comme c’est touchant de découvrir son voisinage.

 

Jour 3 : Fête de rien 

J’ai préparé une fête, juste comme ça. Une journée spéciale qui n’en est pas une du tout. Je décide d’acheter tout ce qui me plaît. Je veux avoir une table de rêve pour recevoir ma famille ce soir. Mes enfants seront épatés et très emballés par cette surprise, juste comme ça, sur un coup de tête.

 

Jour 4 : Ralentir pour mieux sentir

Tout change. Ralentir m’a fait un peu peur au début. Je ne savais pas comment jongler avec le temps que j’avais. Je ne savais pas qu’on pouvait prendre le temps d’avoir du plaisir à contempler le paysage. Je viens de faire une belle découverte et j’envisage garder ce rythme dans ma vie.

 

Jour 5 : Tout va trop vite

Je dois travailler, faire la cuisine, le ménage et l’école à la maison. Je veux que tout soit parfait. Mais je ne peux pas tout faire à la perfection si je veux y arriver. Je regarde mes enfants me regarder. Ils apprennent tout de moi. Je me calme et prends une grande inspiration. Et si on allait jouer 30 minutes dehors maintenant ?

Devinez ce qu’on a fait pour le plaisir ? On a joué au ballon ensemble. Ça m’a changé les idées et on a ri. La paix est entrée doucement en nous. J’ai compris que je pouvais me permettre de ne pas tout faire et encore moins de tout faire parfaitement.

 

Jour 6 : Les mots gentils aux amies

J’aime faire des surprises. Le stress est à son comble pour certaines personnes de notre entourage. On ne sait pas qui, on ne sait pas quand, ni comment. Mais on sait que c’est possible. Je m’amuse à laisser des messages vocaux en message privé sur l’application Facebook Messenger. Il y a toujours beaucoup d’amour. Je demande des nouvelles aussi et j’ouvre la porte à la conversation. Ça, c’est un must quand on a des amies précieuses, des proches qu’on aime très fort ou même des clientes ou des collègues qui nous manquent.

 

Jour 7 : Du crayon et du papier = esprit libre

J’écris tout ce qui me passe par la tête. J’ai toujours de magnifiques cahiers d’écriture. Ils me serviront de journal intime. Ces jours-ci, j’ai envie d’imprégner sur le papier ce qui est au fond de moi. Je me sens déjà plus légère depuis que mon crayon est devenu mon allié. Sortir le méchant, comme on dit, y’a rien de mieux pour le moral.

 

Jour 8 : Un gros cri du coeur

Aller crier en forêt. As-tu déjà essayé de faire ça ? C’est bizarre, mais c’est tellement libérateur. On vit tous du stress à différents degrés, il ne faut pas se le cacher. Si tu n’as pas envie de garder les frustrations, les doutes, la peur à l’intérieur de toi, je t’invite à crier avec le vent. Loin des maisons, pour ne pas alerter des voisins qui pourraient penser que tu es en détresse. ;) Je suis revenue avec l’envie de rire quand je pense que j’ai fait ça.

 

Jour 9 : L’appel de l’amitié

J’ai osé ouvrir mon coeur. J’ai appelé une amie. Elle m’a écouté avec douceur. J’avais besoin de sa lumière. Je me suis sentie accueillie avec tellement d’amour et de générosité. Ça m’a apaisée de voir à quel point l’amitié est plus forte que tout.

 

Jour 10 : La bonne bouffe à 10 et 13 ans

On a décidé de montrer à cuisiner à nos deux garçons. On ne va plus au hockey, on est en zone rouge, c’est donc le moment idéal pour en faire des hommes qui sauront se débrouiller. Peut-être vont-ils développer une passion pour la création de nouvelles recettes. Je vais peut-être me faire gâter à mon tour, qui sait ?

Les jours heureux, je les vis tout de suite. Je n’attends pas que la pandémie soit derrière nous. Je n’attends pas que le déconfinement soit revenu. J’invente des activités et des manières de vivre pour ma famille. Parce que mes hommes se souviendront toujours de ces moments comme des occasions pour se rapprocher de ceux qu’on aime.

Marie-Belle

Plus de publications

0 commentaire

Laisser un commentaire

Tous les commentaires du blog sont vérifiés avant d'être publiés